En / Fr

Les imitations : pierre naturelle ou artificielle que l’on essaie de faire passer pour une autre. Le verre ou certaines pierres naturelles (comme le spinelle ou le saphir blanc) peuvent être utilisés pour imiter le diamant.

Les pierres de synthèse : pierres faites en laboratoire ayant les mêmes propriétés et éléments chimiques qu’une pierre naturelle. Il y a cependant des différences substantielles entre une pierre conçue en quelques mois par l'homme et une autre en plusieurs milliers d’années sous la terre.

Les pierres synthétiques les plus dures et les plus brillantes:

 

L’oxyde de zirconium, l’aluminate d'yttrium, la moissanite, le titanate de strontium, le yag, le CZ ou le rutile synthétique.

Spinel blanc

Bulle de gaze

Typique du verre

Saphir blanc

CZ (Cubic Zirconium ou Zirconia)

  • Un peu plus de dispersion (couleur arc-en-ciel dans la pierre) que dans le diamant

  • Aspect plus terne et plus fragile que le diamant

  • Aucune inclusion – couleur de D-Z, mais blanchit et ternit avec le temps

  • Masse plus élevée que celle du diamant

  • Cassure du même type que le verre

  • Passe à l’orange sous lumière UV / Flash orange au microscope

  • Mauvais conducteur thermique, devient rapidement tiède dans la main

Cubic Zirconia - Diamant

Moissanite synthétique

  • Plus de dispersion que dans le diamant

  • Couleur jaunâtre

  • Dédoublement (effet trouble dans la pierre)

  • Plus fragile que le diamant

Moissanite synthétique - Diamant

Les diamants de synthèse

On connaissait depuis le 19e siècle les rubis synthétiques produits avec la méthode Verneuille. Les premiers diamants synthétiques, principalement de qualité industrielle, furent créés vers 1950. Les cristaux de qualité gemme restent de petite taille. Vers les années 1990, les premiers diamants de poids et de qualité intéressants font leur apparition.

 

Certains traitements, comme le Haute Pression Haute Température (HPHT) ou Dépôt Chimique en Phase Vapeur (appellation CVD), sont particulièrement difficiles à détecter. Un indice peut être, comme pour le CVD, son absence totale d'inclusions et des lignes de croissance sensiblement différentes.

Les principales usines de « culture de diamant » se trouvent en Chine, en Russie et au Canada.

Diamants synthétiques de couleur 

Reconnaître un diamant :

 

Plusieurs méthodes peuvent vous donner des pistes pour différencier un vrai diamant d'un faux, mais seules des analyses plus poussées faites par un laboratoire professionnel vous informeront avec certitude sur la nature de la pierre.

La ligne droite. Pour les diamants brillant ronds : tracez une ligne droite sur une feuille de papier. Placez la table du diamant sur la ligne. Si vous êtes capable de distinguer la ligne à travers la pierre, il ne s’agit pas d'un diamant. La réflexion de la lumière se fait à 100% dans un diamant, et celle-ci occasionne des reflets complexes qui rendent l’observation de la ligne impossible.

  

On remarque aussi que le scintillement d’un diamant se fait sur l’intégralité de la pierre, incluant les côtés, à l’inverse de certaines imitations, comme les doublets, qui ne scintillent que par le haut.

 

Sensation de froid. Passez le diamant sur le bord des lèvres ou sur la tempe. Le diamant étant un bon conducteur thermique, la pierre aura tendance à rester froide en tout temps, contrairement aux verre, CZ ou plastique, qui deviendront tièdes.

 

Soufflez sur le diamant. La buée s’évapore quasiment instantanément. Le diamant n’a aucune affinité physique ou chimique avec l’eau et il ne retient ni la vapeur ni les gouttes d’eau.

 

Papier de verre. Frottez le diamant sur du papier de verre. Un diamant véritable restera intact puisqu’il ne peut être rayé que par un autre diamant.